Snake's Kingdom
"Entrez, entrez. C'est l'heure de la rentrée, à Poudlard... Un bon conseil, toutefois : Tentez de faire abstraction des divers événements étranges qui se déroulent en ces lieux; concentrez-vous sur vos études, du moins, essayez. C'est le mieux que je puisse vous conseiller."


M. McGonagall, à votre entrée à Poudlard.



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Après les Finlandais, les Irlandaises...

Aller en bas 
AuteurMessage
Maeve O'Donnell
.:. 5e année, préfète, Serdaigle .:.
avatar

Age : 23
Localisation : A la bibliotèque ou dans la tour Commune, ou peut-être avec sa soeur...

Feuille de Personnage
Age du personnage: 15 ans
Baguette magique: 25,6 centimètres, bois de cerisier, cheveu de Vélane

MessageSujet: Après les Finlandais, les Irlandaises...   Ven 11 Juin - 22:36

Votre Personnage

Identité




NOM : O’Donnell

Prénom(s) : Maeve Morrighan Alcmene

Nationalité : Irlandaise

Age : 15 ans



Autres





Profession/Activité (pour les adultes) : Encore étudiante

Année d'étude (pour les élèves, la maison sera sélectionnée par le Staff) :
5ème année

Lieu de résidence : Poudlard ou le manoir familiale sur la côte près de la ville de Cork en Irlande

Famille : Un jolie petit cocon familial composé de sa sœur jumelle adorée Aléa, de sa mère Fiona, son père Patrick, et des chats de la maison, Yomi, Dexter, Félindra, ainsi que du vieux hibou, Oengus.

Economie : La famille O’Donnell est assez aisée de par son héritage considérable

Plus concrètement





Caractère : Maeve est une fille assez abordable. Extravertie de nature, elle se plait à se faire de nouveaux amis sans se soucier d’aucune façon de leur origine, ce qui ne l’intéresse même pas. Né moldu, sang mêlé ou moldu même, cela lui importe peu, elle traite tous les autres sur un pied d’égalité. Très tolérante, elle sait éviter les blagues de mauvais goût sur les caractéristiques de certaines personnes étrangères ou de classes sociales différentes. Donc extravertie, elle se comporte parfois de manière exubérante qui peu mettre mal à l’aise rapidement, en parlant fort ou en faisant des gestes d’affection très marqués : quand Maeve aime quelqu’un, elle le montre sans retenue.

Elle aime également bien se moquer des gens qu’elle juge trop prétentieux ou méchants en parlant fort, faisant des comparaisons ridicules et maniant l’ironie et l’humour noir comme une maîtresse en la matière. Si ses cibles sont dotées d’un sens de la répartie peu développé, elle aura tôt fait de lui faire ravaler sa superbe, ce qui lui vaut parfois l’admiration des autres élèves. Ce trait de caractère mène donc irrévocablement à un sens de la justice qui la pousse à se confronter à n’importe qui, même aux professeurs pour défendre bec et ongles son point de vue. Elle est tenace Maeve, elle n’oublie rien de ce genre et sa détermination effraie parfois jusqu’à sa famille qui se demande ce qui pourra l’arrêter, quel obstacle sera en mesure de lui faire baisser les bras…

Cependant, sa répartie frôle l’insolence très souvent, ce qui déplait beaucoup aux adultes, les professeurs notamment. Il est alors temps de se faire oublier, ce pourquoi Maeve n’est pas douée le moins du monde, car indiscrète, défaut qu’elle peine à réfréner et qui la force à la ramener quand il faut faire profil bas, et là, la situation s’aggrave. Bien sûr, elle pourrait détendre ‘atmosphère en plaisantant mais en ce genre de situation, elle perd tous ses moyens. La brillante humoriste Maeve O’Donnell n’arrive plus à ouvrir la bouche pour proférer un traître mot ou pour faire une blague. C’est dans ces moments qu’elle est le plus vulnérable, car malgré tout ce qu’on peut lui envoyer, elle ne pourra rien répondre rien. Pour la faire bouger à nouveau, il faut la mettre en colère, ce qui est vivement déconseillé pour garder sa fierté, car la jeune fille exerce l’art de l’ironie et de l’argumentation sous le coup de la colère d’une manière dévastatrice et rien ne peut l’arrêter…ou alors sa sœur Aléa en lui intimant de reprendre ses esprits.

Sinon, on peut dire que, en général, Maeve est une élève studieuse qui aime rédiger des devoirs. Surtout des devoirs d’histoire de la magie, où elle peut rajouter toutes sortes de précisions, des exemples, des références, et elle rend en général plus que le cota de lignes demandé, juste pour le plaisir d’approfondir ses connaissances à la bibliothèque et de passer des heures à lire des livres, bien que sa matière préférée soit sans conteste les potions. Elle aime travailler, toutes matières confondues, convaincue que seul un travail acharné peut la mener à ses objectifs. Sa vive passion est de loin l’étude des légendes irlandaises populaires. Comment sont-elles apparues, sur quels faits réels sont-elles fondées ? Tout cela la passione et elle dévore les ouvrages sur le sujet. Elle aime l’histoire en général, moldue ou du monde magique, surtout celle de l’antiquité : Egypte, Rome antique ou Grèce des cités. Elle pourrait vous en parler des heures sans se lasser, sans avoir tout dit et en réussissant à coup sûr à vous intéresser…

Seule, Maeve est plus réservée, lunatique. D’abord, parce qu’elle n’a plus personne à qui parler, ensuite parce qu’elle est convaincue que être seule vous connecte à votre être intérieur, votre jardin secret. Celui qu’elle aime cultiver ressemble beaucoup à celui de sa sœur, d’après ce qu’elle dit aux autres. Elle s’enorgueillit de ce lien qui existe entres elles et pense que si sa sœur venait à disparaître, il ne lui restait plus qu’à partir aussi. Elle fait partie des rares personnes à qui elle accorde une totale confiance, pour qui elle se jetterai dans le vide si elle lui disait qu’elle pouvait la rattraper. Elle sait aussi toujours si sa soeur lui ment ou pas rien qu’en la fixant dans les yeux, ce que sa sœur fait aussi, c’est pour cela qu’elle dit que leurs jardins secrets sont si semblables, car elles n’ont pas de secrets l’une pour l’autres. Comme si Aléa et Maeve O’Donnell partageaient la même âme profonde…


Physique : Maeve est une jeune fille dont la bonne humeur est inscrite sur son visage presque en permanence. Il y a toujours un sourire épanouit, ou même en coin quand on la regarde. Elle étire ses lèvres fines en une courbe paisible et agréable qui charme et attire les autres indéniablement vers elle et donne envie de la connaître. Elle aime aussi parfois mettre un peu de gloss pour renforcer cette brillance.


Cela mis à part, Maeve est une fille assez fine et longiligne malgré quelques rondeurs aux fesses ou aux cuisses, mais cela ne fait que renforcer ses formes naturelles et bien proportionnées. On remarque tout de suite qu’elle n’a pas une silhouette habituée à faire du sport, de part ses membres fins, surtout ses bras. Sa peau possède un grain quelque peu mat contrairement à sa sœur, plus fin aussi, qui rend sa peau très prompte au bronzage rapide en cas d’exposition au soleil pendant quelques heures.

Elle a un beau visage bien dessiné, en forme de cœur, des joues teintées naturellement de rose, des pommettes hautes. La jeune fille a également de grands yeux écarquillés aux iris larges d’une intense couleur chocolat comme elle le dit, car elle déteste l’appellation brune pour désigner une couleur d’yeux, cela lui rappelle la boue. Un front large domine son visage orné d’un nez petit et droit, assez discret et très peu marqué et des sourcils finement dessinés.

Tout cela est encadré par de nombreuses et épaisses mèches châtain qui ondulent à leur extrémité. Maeve aime les coiffer, déteste les noeux et aime les cheveux soyeux. Elle les attaches toujours, d’une manière ou d’une autre, avec un bandeau, un foulard ou une queue de cheval, et les accessoires toujours d’une couleur différente selon les jours de la semaine.

Quand elle ne porte pas l’uniforme noir de Poudlard orné des couleurs de sa maison,elle porte toutes sortes de vêtements, chacun peut y trouver son compte dans ce qu’elle porte : jupes, robes, jeans, chemisiers ou débardeur. Mais il y a toujours des couleurs vives comme le rouge ou le bleu turquoise, sa couleur préférée, des formes ou motifs et des tissus ondulés et de matières fines. En matière de chaussure, ballerines ou baskets, selon le look qu’elle adopte ce jour là. Elle aime les bijoux brillants ou fantasy ainsi que le maquillage léger avec du mascara et du fard de couleur rose clair.

Chez Maeve, l’élégance est de mise, et elle se promène toujours avec une brosse et un miroir de poche.


Histoire : Les jumelles sont nées un 22 novembre par une nuit assez froide et venteuse, après une petite série d’enfants mort-nés ou de conception ratées. Elles furent donc accueillies comme le messie dans la famille. Très tôt, leurs personnalités différèrent : Maeve était extravertie, sociable, tandis que Aléa avait déjà une tendance à manipuler ses proches et commander son petit monde, mais ce n’était pas pour autant qu’on pouvait les séparer. A croire qu’elles étaient nées collées l’une à l’autre, ce qui leur valut le surnom de « siamoises ». Les deux sœurs, en particulier Aléa, apprécièrent très tôt le quidditch, sport auquel elles jouaient à titre d’amateur dans les jardins de la propriété de leurs parents. On leur offrit alors pour leurs 6 ans, leurs premiers balais : deux Flèches d’Argent. Les petites étaient folles de joie.

Maeve percuta la cime d’un arbre et resta accrochée. Depuis, sa passion s’est quelque peu refroidie. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir l’équipe nationale du pays durant chaque mondial, comme acheter des banderoles ou des drapeaux irlandais qu’elle accroche à la fenêtre de sa chambre.

Maeve se fit toutes sortes d’amis : des moldus, des sang-mêlé, mais peu de sang pur, car en Irlande ces familles se faisaient de plus en plus rares, avec lesquels elle aimait jouer ou inviter chez elle pour le goûter.

Alors q’elle avait sept ans, Maeve se découvrit une passion pour l’histoire ancienne. En effet, une de ses amies, une moldue, avait une grand-mère qui en connaissait un rayon sur les légendes populaires irlandaises, certaines remontant même avant le début de l’air chrétienne. Cependant, la réalité moldue et la réalité magique étant deux choses très différentes, il s’avéra nécessaire de se renseigner ailleurs. Elle avait déjà vu, il y a un petit bout de temps déjà, la grande bibliothèque du manoir familial, comportant des livres aux goûts divers de chacun. Maeve n’eu aucun mal à trouver le rayon des légendes irlandaises, lequel comportait deux énormes volumes. La fillette savait à peine lire que déjà, on la voyait assise à une petite table de travail en train de dévorer une encyclopédie des légendes et réalités de la sorcellerie. Depuis, elle vit les paysages enchanteurs du Connemara avec ses parents et sa sœur, ne pouvant plus se contenter d’enluminures du XVIII ème siècle, ce qui renforça sa passion et la fit désormais passer plus de temps avec les livres qu’à l’extérieur. Plus tard, elle découvrit les civilisation antiques du bassin méditerranéen par le biais des livres rassemblés par ses aïeuls parmi lesquels on retrouvait Tite-Live et Suétone et donnaient une multitude d’indications sur la civilisation romaine ou encore les tragédies antiques telles que Phèdre ou Iphigénie qui la plongèrent dans l’étude intense de la mythologie. Et enfin, avec Aristote, elle découvrit les moeurs des égyptiens, les pyramides de Gizeh et les temples de la vieille Thèbes. Le point de vue moldu l’amusait, et en particulier le fait qu’ils interprétaient la moindre catastrophe naturelle comme une horrible punition divine.

La famille O’Donnell était lié, bien que lointainement, à d’autres grandes familles de sorciers, Anglaises ou Ecossaises par les unions qui rythmaient leur histoire. La jeune Maeve eu ainsi l’occasion de rencontrer toutes sortes de familles au sang pur ayant chacune une particularité vis-à-vis des autres. Sa sœur s’y sentait bien, mais au contraire, ce milieu était bien trop aristocratique au goût de Maeve qui préférait s’en éloigner rapidement, le temps de saluer tout le monde juste. La grande société magique la connaît donc peu, et en sait plus au sujet de sa sœur Aléa.

Autre tournant dans la vie de Maeve, la découverte de la bande dessinées japonaise et de la joie d’écrire. Allant faire un tour avec sa famille dans une librairie moldue « pour voir », elle découvrit ces dessins qu’elle jugeait d’abord ternes et sans relief, mais qui ensuite, devint une véritable source de plaisir. Elle les dévorait un par un, et dans le courant de sa première année, alla à la bibliothèque tout spécialement pour apprendre le sort permettant d’animer les images. Ce fut une révolution dans ses lectures, les rendant plus vivantes qu’à l’origine et donna même envie à sa sœur, assez peu accessible aux occupations moldues, de les lire, mais toujours cachée, car elle n’a pas envie qu’on la voit avec cela dans les mains. En parallèle, elle découvrit des auteurs s’amourachant de beaux écrits, notamment des écrivains et des penseurs antiques dont elle appréciait énormément les phrases. Elle se mit donc à écrire aussi, des nouvelles et des textes en proses, pis enfin, en vers. Sa famille la félicita énormément et elle continua et progressa, car encouragée par ses proches.

Voici ce qui marque l’enfance de Maeve en majeur partie, voyons à présent son adolescence, étape où elle est toujours d’ailleurs…

Enfin à leurs 11 ans, elle font enfin leur entrée à l’école Poudlard, où leurs parents ont fait leurs études : Fiona chez les Poufsouffle et Patrick à Serdaigle. Un peu angoissées, comme le sont toujours les petits nouveaux.



Leurs parents les conduisirent, elle et sa sœur sur le chemin de Traverse la veille de leur départ pour Poudlard. Les deux filles, complètement excitées, passèrent dans toutes les boutiques en coup de vent, achetant ce qu’il faut et même plus. Cependant, il fallut arracher Maeve aux traités des sortilèges chez Fleury et Bott et Aléa au magasin d’accessoires de quidditch. Pour faire durer le plaisir, leurs parents les menèrent chez Ollivander’s en dernier, après qu’elles eurent finies leurs glaces à la vanille. Le vieil homme, leur proposa chacune plusieurs baguettes et chose à la fois étrange et normale, les deux sœurs essayèrent le même nombre de baguettes avant de trouver la bonne. Pour trouver la sienne, Maeve eu juste besoin de la voir, même pas de la toucher pour savoir qu’elle lui était destinée. Satisfait par les quatorze gallions qu’il venait de gagner, Mr Ollivander leur dit ceci :

-La baguette choisit son sorcier !

Il était clair qu’il en avait vu de nombreuses pour dire cela.

Le lendemain, elles dirent adieu à leurs parents et montèrent à bord du Poudlard Express. Le voyage fut amusant, elles rencontrèrent d’autres élèves ou petits nouveaux avec lesquels elles bavardèrent, puis alors que la nuit tombait, le train s’immobilisa. Les jumelles se dirent qu’elles étaient arrivées, mais des élèves de deuxième année les contredirent rapidement. Il fit alors très froid d’un coup. Une ombre encapuchonnée pénétra le compartiment et Maeve, saisie par la peur, se remémora instantanément les pires moments de sa vie d’une manière incontrôlée. Le détraqueur quitta le compartiment, les laissant tous au bord de l’évanouissement. Ils n’osèrent dire ce qu’ils avaient vu, mais un regard commun leur apprit qu’ils étaient tous terrorisés.

Le train finit par arriver à la gare de Pré au Lard, et un géant, en tout cas un homme immense, se présentant comme le gardien des clefs de Poudlard, Rubeus Hagrid, haranguait les premières années. Il leur dit de le suivre et ils montèrent dans des barques en bois mouillant dans une eau couleur d’encre un peu inquiétante. Au bout d’un moment, ils aperçurent le château, illuminé et immense. Leurs yeux brillaient d’une lueur de joie et d’admiration. Sûrement pour détourner l’angoisse de la répartition. Une fois la traversée du lac achevée, Hagrid les mena à la grande porte où une femme à l’allure sévère d’un certain âge leur fit un bref discours avant de les mener dans la grande salle. Quatre tables étaient dressées et au fond on apercevait la table des professeurs. Sur un tabouret, un vieux chapeau était posé.

Alors que le professeur MacGonagall déroulait son parchemin et appelait les premiers noms de l’alphabet, l’assemblée des premières années tressaillit et la tension monta d’un cran. Le professeur de métamorphose appela alors :

-O’Donnell Aléa !

Maeve desserra son emprise autour du poignet de sa sœur et lui souhaita bonne chance dans le creux de son oreille. Celle-ci lui fit un sourire assuré, le regard dénudé de toute peur et s’avança fièrement vers le Choixpeau posé sur le tabouret. Elle s’assit et posa l’antique chapeau sur sa tête. Il y eu quelques secondes de silence et une voix éraillée mais puissante fendit la Grande Salle :

-Serpentard !

La table des vert et argent applaudit bruyamment tandis que Aléa les rejoignait. Maeve réprima un sourire. Elle le savait depuis le début, seule la maison de Salazar Serpentard pouvait être à la hauteur des ambitions de sa sœur. La jeune fille fit alors l’attention de sa jumelle se reporter sur elle quand Minerva MacGonagall couvrit les applaudissement de sa voix :

-O’Donnell Maeve !

Maeve tenta de reprendre contenance en s’avançant vers e tabouret sous le regard sans émotion de la vieille femme. La peur lui tournait l’estomac, à moins que ce ne sois l’impatience de savoir quelle maison lui convenait. La voix éraillé apparut dans sa tête, marmonnant :

-Une passion pour l’histoire ancienne ? Un sens de l’humour et du discours assez développé également… Aucune hésitation ! Serdaigle !

Un poids énorme quitta sa poitrine tandis qu’elle rejoignait la table des bleu et bonze en regardant sa sœur qui applaudissait depuis sa table d’un air triomphant. A la table des Serdaigles, les deux préfets lui serrèrent la main et les autres lui lançaient de nombreuses félicitations et des mots de bienvenue. Le professeur MacGonagall termina son appel, emporta le chapeau et le tabouret, le directeur fit un discours, et le banquet pouvait commencer.

Sa première année d’étude se passa d’un excellente façon. Avide de savoirs, elle réussit tous les examens pour passer en deuxième année et s’amusa beaucoup. Etudier devint presque un divertissement…

La seconde année arriva,avec, comme évènement phare, la Coupe du Monde de Quidditch. Irlande contre Bulgarie ! La famille O’Donnell réussit à se procurer de bonnes places, et on salua la victoire de l’Irlande à force de cris. L’apparition de la Marque des Ténèbres réussit quand même à endiguer cette joie,plongeant la famille dans une peur passagère. Les mangemorts n’annonçaient-ils pas le retour de leur maître ? Le tournoi des trois sorciers fit s’envoler toute peur,jusqu’à l’épreuve finale, celle ou Harry Potter ramena avec lui le cadavre de Cédric Diggory, qui plongea le monde dans une peur qu’il tentait d’étouffer. Harry Potter fut l’objet de vives critiques en affirmant que Lord Voldemort était de retour. Chez les O’Donnell, on ne savait que penser. Les signes ne manquaient pas,mais le traumatisme des années de terreur était toujours bien là. Maeve sentaient des frissons dans son dos par moments, et Aléa quand à elle, haussait les épaules et souriait, à croire qu’elle en était contente. Mais elle n’en dit jamais rien pour ne pas choquer ses parents.

En cette troisième année d’étude, on vit arriver Dolores Ombrage, que Maeve détestait au plus haut point pour la dictature qu’elle menait et à ses méthodes de retenues qu’elle savait d’une légalité douteuse. Après le départ des jumeaux Weasley qui força son admiration, elle envisagea de rejoindre les membres de l’A.D, mais cela ne se fit jamais après la découverte des réunions. Elle mit son sens de l’humour au service des élèves récidivistes en les aidant à faire rentrer plusieurs Niffleurs dans son bureau. Cela l’amusait beaucoup, presque autant que de voir se multiplier malaises et saignements de nez dès que Ombrage arrivait dans sa classe. Le départ d’Ombrage et la constatation du retour du mage noir par le ministère devint donc le souvenir d’un grand soulagement.

L’année suivante, alors que le ministère publiait des brochures pour se protéger des forces du mal, la rentrée se fit plutôt calmement. Personne ne se doutait que cette année allait s’achever par la mort du directeur de l’école, tué par Severus Rogue. Cela provoqua un énorme désordre dans l’école. L’attaque des mangemorts se fit dans une énorme peur, des cris et des sorts lancés à tout va. Maeve, alors élève de quatrième année, se trouvait dans la mêlée, réveillée comme beaucoup d’autres Serdaigle, et curieuse de voir ce qui se passait. Le petit groupe dont elle faisait partie se fit attaquer alors qu’il descendait le grand escalier. Il y eu de nombreux stupéfiés, mais heureusement, aucun mort. L’année se termina tristement, par l’enterrement de Dumbledore, et Maeve, prise par l’émotion, versa quelques larmes.

Les vacances furent mornes, ponctuées par l’annonce de centaines de décès et les catastrophes qui s’abattaient sur les villes moldues. On prit le contrôle du ministère de la magie anglais et irlandais, et les arrestations de sorciers nés moldus commencèrent, et se multiplièrent .C’est donc dans une ambiance noire que l’on apprit que la direction de Poudlard avait été prise par Severus Rogue et que, après la disparition du professeur d’étude des moldus, on nomma les Carrow aux deux postes vacants. Deux méprisables mangemorts qui, on le savait, avaient des méthodes de répression par franchement catholiques et enseigneraient respectivement la magie noire et le soit disant état de bestialité des moldus.
Mais Maeve avait confiance en les anciens professeur tel que Filius Flitwick ou Minerva MacGonagall, ses préférés, qui, elle le savait, allaient protéger leurs élèves du mieux qu’ils pouvaient. Elle prit donc le Poudlard Express à la fois anxieuse et confiante, décidée à pourrir la vie des Carrow en pratiquant la guérilla…soutenue par d’autres élèves. Car il y en aurait toujours qui se rebelleraient, elle le savait !





Plus intimement







Baguette : 25,6 centimètres, bois de cerisier, cheveu de Vélane

Goûts vestimentaires : Maeve est une fille élégante qui aime les tenues aux nouvelles modes moldues, colorées de préférence, avec des bijoux. Elle fait une collection de foulard pour cheveux depuis sa plus tendre enfance et en change chaque jour.

Situation amoureuse : Célibataire

Porte-bonheur : Un bracelet de fils colorés multicolores fabriqué par sa soeur

Rêves, objectifs, et ambitions : Maeve aimerai travailler plus tard dans le journalisme ou dans l’étude de la sorcellerie antique, une de ses passions, mais aussi percer les secrets de sa Terre natale : l’Irlande, en matière de magie.

Patronus : Renard roux

Epouvantard : Le cadavre de sa sœur Aléa baignant dans son sang

Animal de compagnie : Un jeune chat âgé de moins d’un an prénommé Dexter (Dex pour les intimes), aux yeux verts et au pelage blond/roux très nuancé. Il est issu de la dernière portée de Félindra, chatte de la famille.

Loisirs : Lecture, le chant et l’écriture principalement, mais aussi se promener, faire des origamis et aller acheter toutes sortes de foulards ou de bandeaux ainsi que des bijoux et des livres.

Pureté du Sang : Sang Pur

Autres : Malgré la réprobation de ses parents, Maeve collectionne les bandes dessinées japonaises qu’elle ensorcelle pour les faire bouger, ainsi que les bandeaux et foulards. Elle a une tâche de naissance sur l’avant bras gauche qui rappelle une espèce de lune biscornue.






RPG de Test (a faire quand la fiche a été validée par un admin)






Qui est derrière l'Ecran ?(dans cette partie seul le code est obligatoire)



(note : nous recommandons le navigateur Mozilla Firefox pour son correcteur orthographique intégré, qui sera très utile ici )

Prénom : Marine

Age : 15 ANS

Code du règlement : Validé par Aranel
Comment avez vous connu le forum ? Par une amie à Aranel, celle qui joue ma sœur jumelle

Comment le trouvez-vous ? Pourquoi suis-je venue ? Je ne sais pas !

Est-ce un Double-Compte ? Non

Présence : C’est comme tout, çà dépend des circonstances

Autre chose à dire ? Ben, non


Dernière édition par Maeve O'Donnell le Dim 13 Juin - 16:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maeve O'Donnell
.:. 5e année, préfète, Serdaigle .:.
avatar

Age : 23
Localisation : A la bibliotèque ou dans la tour Commune, ou peut-être avec sa soeur...

Feuille de Personnage
Age du personnage: 15 ans
Baguette magique: 25,6 centimètres, bois de cerisier, cheveu de Vélane

MessageSujet: Re: Après les Finlandais, les Irlandaises...   Sam 12 Juin - 20:29

Navrée du double post, mais je dit juste que j'ai finit ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aranel Sirfalas
.:. Mage Blanc, chef Finlandais .:.
avatar

Age : 28
Localisation : Partout et nulle part.

Feuille de Personnage
Age du personnage: 28
Baguette magique: Bois d'épicéa blanc, cheveu de vélane, 27,9 cm

MessageSujet: Re: Après les Finlandais, les Irlandaises...   Sam 12 Juin - 21:31

D'accord, ta maison sera celle des Bleu et Bronze =)

________________________________________________________________________________________

Voitko rikkoa marmori ?
Voitko sulattaa lunta ?

[ Capitaine Tomate ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academyofedalia.forumactif.com/forum.htm
Maeve O'Donnell
.:. 5e année, préfète, Serdaigle .:.
avatar

Age : 23
Localisation : A la bibliotèque ou dans la tour Commune, ou peut-être avec sa soeur...

Feuille de Personnage
Age du personnage: 15 ans
Baguette magique: 25,6 centimètres, bois de cerisier, cheveu de Vélane

MessageSujet: Re: Après les Finlandais, les Irlandaises...   Dim 13 Juin - 12:52

Le Rpg de test:

Le Poudlard express continuait sa route. Dehors, le ciel était dégagéet les arbres défilaient, formant une trainée verte parsemée de tâches couleurs ocres annonçant déjà l'automne. La campagne anglaise allait bientôt faire place aux Highlands de l'Ecosse, là où était caché, à la vue de tous les moldus, l'école de Magie Poudlard. On entendait les roues du train pivoter circulairement dans un bruit sourd et grave ponctué de quelques crissements quand le train freinait un peu en amorçant un virage. Il fillait droit vers le nord, vers Poudlard.
Un coude contre le bord de la fenêtre, la main calée sous le menton, Maeve perdait son regard dans le défilé émeraude qui s'offrait à elle. Le vert était la couleur de l'Irlande, et c'était sûrement pour cela que Maeve l'aimait. Le vert était une couleur chaleureuse, une couleur qui rassure, une couleur qui rend la pièce qu'elle colore douce à vivre et accueillante. C'était aussi une couleur de mystère, une couleur d'infini. Le vert est une couleur inssaisissable, tant ses facettes sont diverses et prenantes. Les yeux verts sont lesyeux des femmes mystèrieuses ou fatales en beauté, d'après ce qu'elle en avait vu dans les rares films moldus qu'elle avait vu chez une amie d'enfance, le bleu est la couleur de Maeve. Autant que celle d'Aléa est le noir, et que celle de l'Irlande est le vert. Une couleur pour un caractère, c'est comme cela que l'on voit le monde chez Maeve O'Donnell.

A ce moment même, elle songeait à sa famille, à ses amis de Cork aussi. Elle avait peur pour eux, car après le Royaume-Uni, c'était l'Irlande qui allait faire les frais de la réprétion anti-né Moldus. Et à Cork, il y avait beaucoup de nés moldus. Elle imaginait mal ces jeunes sorciers retourner à Poulard cette année, autant se jeter directement dans la gueule du loup ou sauter d'une falaise Ecossaise, c'et à dire haute d'au moins sept mètres. Et après les îles européennes, il allait sans dire que Lord Voldemort allait étendre son influence maléfique sur le continent, en commençant par la France, où l'académie de Beauxbâtons devrait baisser sa tête orgueilleuse pour s'incliner. Quelle tristesse vraiment...
Maeve se détourna de la fenêtre pour se concentrer sur les friandises étalées sur la banquette de cuir délavée. Elle considéra un instant les Dragées Surprises de Bertie Crochu, avant d'en saisir une d'une riche couleur marron et de la mordiller prudemment. A sa grande surprise, elle sentit l'aromeriche du chocolat assaillir son nez et sa langue se délecter de ce goût si parfait. Un parfait chocolat comme elle en avait déjàmangé, exportés depuis la Suisse. Rengaillardie par ce petit succès, elle en saisit une vert pâle pour la croquer avant dl'avalr tout rond tellement le goût l'incommodait : une dragée aux épinards. Maeve referma la boite colorée et mordit dans une Patacitrouille, machonant lentement la friandise caoutchouteuse.
Elle se pencha pour ramasser son livre tombé à terre. Si des sorciers de sang pur l'avaient vues à ce moment là, aucun doute qu'elle en serait devenue la risée, très peu de sorcier lisaient des ouvrages de types moldu, et encore moins des ouvrages religieux. La jeune fille se plongea dans la lecture de Apparition et impact du christianisme dans l'Empire Romain, un livre tout droit sorti de sa valise parmi Histoire Naturelle et Vie des douze Césars.
La porte coulissa.

-Tu lis encore çà ?

Maeve leva la tête. Sa soeur, partie saluer des amis dans un autre wagon, était revenu. Elle s'était changée et portait à présent l'uniforme noir de Poudlard décoré des couleurs vert et argent qui sied à tout bon Serpentard.

-Oui, c'est une lecture très instructive.

-Mouairf ! Je n'ai jamais comprit pourquoi tu t'intéressais tant à de vieilles ruines moldues ! Mais bon, c'est ton problème ! Tu devrai te changer...

- Là, je dois admettre que tu as raison ! Oh attention c'est...

Aléa s'était assise et avait pris une dragée d'une intense couleur noire. Elle la mordit et se mit à tousser.

-C'est une dragée au poivre...



[Et voilà, tout est bon je crois ! J'attend l'accord d'Aléa pour utiliser son personnage, au pire, j'éditerai...]

EDIT: J'ai mon autorisation...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aranel Sirfalas
.:. Mage Blanc, chef Finlandais .:.
avatar

Age : 28
Localisation : Partout et nulle part.

Feuille de Personnage
Age du personnage: 28
Baguette magique: Bois d'épicéa blanc, cheveu de vélane, 27,9 cm

MessageSujet: Re: Après les Finlandais, les Irlandaises...   Dim 13 Juin - 16:12

Je te valide, Degemer Mad =]

________________________________________________________________________________________

Voitko rikkoa marmori ?
Voitko sulattaa lunta ?

[ Capitaine Tomate ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academyofedalia.forumactif.com/forum.htm
Maeve O'Donnell
.:. 5e année, préfète, Serdaigle .:.
avatar

Age : 23
Localisation : A la bibliotèque ou dans la tour Commune, ou peut-être avec sa soeur...

Feuille de Personnage
Age du personnage: 15 ans
Baguette magique: 25,6 centimètres, bois de cerisier, cheveu de Vélane

MessageSujet: Re: Après les Finlandais, les Irlandaises...   Dim 13 Juin - 16:16

Merci Aranel !

Au plaisir d'un prochain rp...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Susan McGrigan
.:. Civile, de l'Ordre du Phénix .:.
avatar

Age : 24
Localisation : En vadrouille

Feuille de Personnage
Age du personnage: 28 ans
Baguette magique: bois de cerisier, 22 centimètres avec un crin de licorne, souple.

MessageSujet: Re: Après les Finlandais, les Irlandaises...   Dim 13 Juin - 16:34

C'est une très belle fiche. Bienvenue parmis nous !!

________________________________________________________________________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maeve O'Donnell
.:. 5e année, préfète, Serdaigle .:.
avatar

Age : 23
Localisation : A la bibliotèque ou dans la tour Commune, ou peut-être avec sa soeur...

Feuille de Personnage
Age du personnage: 15 ans
Baguette magique: 25,6 centimètres, bois de cerisier, cheveu de Vélane

MessageSujet: Re: Après les Finlandais, les Irlandaises...   Dim 13 Juin - 17:15

Merci beaucoup Susan !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aléa O'Donnell
.:. 5e année, Attrapeuse, Serpentard .:.
avatar

Age : 23
Localisation : Dans le noir...

Feuille de Personnage
Age du personnage: 15 ans
Baguette magique: 23 cm, poirier, plume de phénix

MessageSujet: Re: Après les Finlandais, les Irlandaises...   Dim 13 Juin - 18:20

Bon je suis validée après mais bon entre jumelles on peut se souhaiter la bienvenue hein x) surtout que sans moi tu serais pas là MOUAHAHAH *sbaf*

Bienvenue grande soeur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Après les Finlandais, les Irlandaises...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Après les Finlandais, les Irlandaises...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Américains ne pourront pas changer la donne à Cuba après Castro.
» Perte des points en dextérité après Up
» Le rôle du Canada dans l’Haïti de l’après-Aristide :
» Deux semaines après le séisme, elle est retrouvé vivante sous les décombres
» Après le feu et le sang......la reconstruction.....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Snake's Kingdom :: Administration. :: Etat Civil :: Fiches Validées :: Fiches des élèves.-
Sauter vers: